Image www.asthme-quebec.ca
L'asthme au quotidien

Je suis asthmatique
Témoignages écrits

Extrait de témoignage - Par Sylvie Boulet

Je suis mère de trois enfants asthmatiques. L’asthme au quotidien avec mes trois enfants n’a pas toujours été facile à vivre. Je vivais beaucoup de sentiments négatifs surtout lorsque l’asthme n’était pas bien maîtrisé. Ces sentiments sont : L’inquiétude. Je me posais beaucoup de questions... La tristesse. Cela me faisait beaucoup de peine de voir mon enfant chercher son souffle ou être obligé de subir des traitements douloureux, surtout quand il est petit et qu’il ne comprend pas ce qui lui arrive. J’aurais aimé prendre sa place... La frustration. Combien de fois des activités familiales ont dû être annulées ou reportées. Cela devient frustrant de ne pouvoir faire comme les autres et d’organiser ses sorties... La culpabilité. À chaque crise, je me demandais ce qui l’avait provoquée. Avais-je fait ce qu’il fallait pour la traiter rapidement? Des personnes bien intentionnées me recommandaient leur chiropraticien, leur homéopathe, leur acupuncteur ou même leur médecin. Sans s’en rendre compte, elles me donnaient le message que je ne faisais pas ce qu’il fallait pour mieux traiter mes enfants.

Mon conjoint et moi voulions que nos enfants aient une vie normale. Si pour faire du sport et avoir une activité d’enfant normale, ils doivent prendre une médication quotidienne, alors le choix est vite fait.

Ces sentiments négatifs m’ont amenée à m’informer sur l’asthme pour mieux aider mes enfants. Je posais beaucoup de questions aux médecins, surtout au pédiatre qui prenait le temps de me répondre. J’avais besoin d’un médecin en qui j’avais confiance et qui me faisait aussi confiance. Je lisais tous les livres ou dépliants sur l’asthme. Je suis allée à des réunions de parents d’enfants asthmatiques. Je suis persuadée que l’augmentation de mes connaissances sur l’asthme a contribué à un meilleur contrôle de l’asthme chez mes enfants et à une meilleure qualité de vie de notre famille.




Extrait de témoignage - Par Danielle Pelletier-Houde
Après avoir passé toutes les phases normales de l’acceptation de la maladie, la négation, la culpabilité, la honte, la rage, etc., nous avons pris en main la médication de notre fille et avons combattu notre ennemi numéro un, l’asthme. Les médicaments d’Amélie font peur à notre entourage, mais nous avons confiance à son pédiatre qui lui prescrit un bronchodilatateur, un corticostéroïde en inhalation ainsique de la prednisone si le besoin est...

Un matin, en lisant un quotidien de Québec, je suis tombée sur un article parlant d’une association à but non lucratif du nom de ASTHMÉDIA inc. Après avoir participé à une conférence-échange, j’ai compris qu’un regroupement de personnes directement touchées par cette maladie allait certainement m’aider à continuer mon cheminement dans la compréhension de l’asthme.

Depuis plusieurs années déjà, je suis en charge de la ligne d’écoute d’ASTHMÉDIA Inc. et je reçois les inquiétudes des parents qui sont confrontés eux aussi à la maladie de leur enfant, à celle d’une grand-maman qui ne comprend pas ce qui lui arrive : elle n’a jamais été malade, mais depuis sa pneumonie de l’hiver dernier, son médecin lui a dit qu’elle souffre d’asthme, point à la ligne!

L’asthmatique doit comprendre sa maladie et ce qu’il/elle doit faire pour ne pas qu’elle transforme sa vie en un cauchemar, pourtant bien évitable!




Haut de la page